CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un paysage, un couple... Un meurtre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Horloger
Admin



MessageSujet: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Jeu 24 Nov - 23:58

En ce beau matin de Lasbon, ou les Pyros émergent d'une saison qui leurs est difficile, et que les Hydros commencent à voir leurs facultés baisser, c'est sur un pied d'égalité que commence cette journée. Il fais environ 15°c, le soleil n'est pas au plus haut, mais commence déjà à se montrer fier de revenir à sa place. Ça va faire quelque heures maintenant qu'Alec est debout, à regarder l'eau tomber dans le vide immense des cascades magiques. Il attend ? Oui, il attend. Irelia Aki, plus précisément. Certe, il à déjà eu à lui demander des services, mais cette fois ci, c'étais une proie de taille. Est-ce qu'Irélia en serait capable ?
Au bout d'une longue attente, l'assassine se montra enfin. Le ministre put donc lui expliquer ce qu'il voulait.

La disparition de Myalao Iellune, dirigeante au coeur pur des sang-mêlés.

Irelia ne pouvait qu'accepter, certes. Mais la proie n'était pas n'importe qui, tout de même. Assez rebarbative, elle tenta d'expliquer à Alec que la situation actuelle de Vidia ne se pretais pas à ce meurtre. Certes, tout comme lui, elle avait une mauvaise image des sangs-mêlés, mais elle savait qu'en ce temps de guerre, si les Pyros attaquait une nouvelle fois le peuple au sang-mêlés, les Hydros profiterais de l'occasion pour affronter le clan du feu, et cette fois avec deux clan au lieu d'un. C'était un numéro d'équilibriste depuis longtemps maintenant. Celui qui attaquerais les sang-mêlés le premier était sur de perdre.

Alec comprenais parfaitement ce point de vue, mais il n'allait pas pour autant changer d'avis. Après tout, personne n'est obliger de savoir qu'il s'agit d'un meurtre commis par le peuple Pyros, n'est-ce pas ?

Ces deux personnes discutèrent ainsi pendant longtemps. Mais ce qu'ils ignoraient, c'était que par le plus grand des hasard, un collègue d'Alec se trouvais à proximité, et se faisait tout petit, pour une fois. Entendant malgré lui les propos des deux comploteurs. Il entendit tout, ou presque, ce qu'ils se dirent. En effet, Azazel Pyros, Seigneur des Pyros se trouve lui même en ces lieux, planqué comme un vulgaire espion derrière un buisson. Le plus ironique est qu'il n'à jamais demandé à assister à cela, il voulait juste échapper au train-train quotidien et pensait se reposer paisiblement près des cascades. Mais le destin, à moins que ce ne soit que du hasard, en à décider autrement, et à souhaiter qu'Azazel soit convié malgré lui à ce conciliabule qui était sensé rester secret. De nature curieuse, surtout en ce qui concerne Alec, il n'allait pas cracher sur une si belle occasion d'en savoir plus sur lui.

Mais commençons par le commencement.
Alec attend Irelia, qui se fais désirée. Elle ne devrais pas tarder à arriver.
Azazel, lui, est déjà là, et vaque à ses occupations non loin du ministre sans même se rendre compte qu'il est là.

Hors Rp :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vidia.forumsactifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Sam 4 Fév - 7:38

    Le matin pointait sous les rideaux de sa chambre. Un matin calme, tiède, même chaleureux. Les premiers rayons du soleil entraient avec douceur dans la chambre, reflétant sur les petites dalles de pierres qui faisaient office de sol. Froides, certes, mais réchauffées par cette timide lumière qui émanait de la fenêtre. Quelques bruit parvenait jusqu'ici; deux soldats discutant sur les conditions de travail, un petit bruit de battement d'ailes discret, les lointains cris du peule sur le marché.
    La chambre était impeccable. Impeccablement en bordel. Des bougies allumées aux quatre coins de la pièce, finissant leur ficelle. Des contrats en désordre sur les quelques meubles mis contre un mur. Le reste d'un feu de cheminée dans cette dernière. Et surtout des armes ... des poignards ici et là, des lames plus ou moins longues trainant sous le lit, sur la cheminée ... Quelques vêtements en boule au pied du couchage.

    << BORDEL de MERDE !! >>

    Et il y avait Irélia. La mercenaire était déjà levée depuis une dizaines de minutes, en tenue, mais quelque chose n'allait pas pour elle. Elle retournait tout dans la chambre à la recherche de l'objet qui lui manquait. Un objet de la plus grande importance pour son activité de la journée. Son contrat.
    Hier soir, elle avait du s'introduire chez un noble Pyros pour lui soutirer quelque unes de ces possessions. Et principalement un collier incrusté d'une pierre verte. Mais où l'avait-elle mis ???
    Elle le trouva. A sa place. Sur son propre cou. Enfin elle partit. Elle sortit en courant du château en courant, se dirigeant, sous l’œil du soleil encore craintif à se montrer, vers la maison qui allait la payer. Elle en ressosrtit en quelques minutes, une bourse remplit à son flanc. Bourse qui allait bientôt se vider. Parce que si elle avait accepter se petit travail nocturne, c'était dans un seul but. But qu'elle essayait d'atteindre depuis maintenant deux mois : Se payer unMethusellah. Elle en voulait un, et avait enfin de quoi se le payer.
    Elle se dirigea donc vers les étables et paya son rêve. Qu'elle enfourcha en vitesse et qu'elle fit galoper pendant une heure ensuite.

    "En retard ? non ... "

    Elle arriva néanmoins après son commanditaire, qu'elle ne jugea pas. Elle le connaissait déjà : Alec Herzan. Joli tableau : Le ministre en personne devant les litres d'eau qui tombaient ...
Revenir en haut Aller en bas
Azazel Pyros



Clan : Les sulfureux Pyros

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 140
Rang: Empereur
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Sam 11 Fév - 1:18

    << Grblrblbrble.. ! S*loperie d'Racine ! >>

    Le nez dans l'herbe, et le popotin en l'air, Azazel venais de trébucher sur une pauvre petite racine innocente qu'il n'avais pas vu. Il se retrouvais dans une position assez cocasse qui aurais fait de lui la risée de tout l'empire.

    En même temps, quelle idée pour l'empereur Pyros de venir en pleine forêt, à quelques pas de la cascade magique, juste pour regarder l'eau couler en se disant à quel point ce spectacle n'avais rien à faire en terre Pyroliènne.

    Mais la principale raison de sa visite n'était pas juste pour flemmarder au soleil, au bord d'une falaise aussi abrupte que magnifique, non. Au début, certes, il voulait juste se reposer. Mais après avoir trébucher sur cette maudite racine, il se retrouvais le nez dans un buisson, et devinez qui se trouvais en face de lui ?

    Le seigneur Alec Herzan en personne.
    En tombant, il n'avait pas fais beaucoup de bruit. Ou du moins, Alec ne semblait pas l'avoir remarquer. Et la tête dans le buisson, Azazel pouvais le voir sans que le ministre puisse se rendre compte qu'il fut là. La première question qui traversa l'esprit d'Azazel était "Mais qu'est-ce qu'il fait donc ici ..?"

    Mais cette question fit remplacé en à peine deux seconde par une autre : "Mais pourquoi ce fainéant n'est pas en train de bosser ?!"

    Il allait se lever pour lui remonter les bretelles quand il vit débarquer la jeune et jolie Irélia Aki. Et à partir de ce moment, ce fut la foire au question dans le crâne de Zazou.

    "Mais ils font quoi là ? Un complot ? Nan, je vois mal Irélia comploter contre moi ? Un ren... Un rendez-vous amoureux ? Alec à donc un coeur !? C'est quoi ce délire ... nan... Nan, nan. Irélia va juste le buter... enfin... Pourquoi ? je veux dire... Grrrr... POURQUOI CES DEUX FAIGNASSE SONT PAS EN TRAIN DE BOSSER ?!!"

    Complètement allongé dans l'herbe, le buisson lui déssinant une très belle coupe afro verte, et les herbes au sol agrémentant le tout d'une merveilleuse moustache, le pauvre Azazel avait l'air d'un clown qui espionne deux amoureux.

    Il gigota doucement, sans trop remuer les branches, afin de retirer son manteau rouge et se retrouver en blouson de cuir noir sans manche, ce qui faisait grandement ressortir ses bras musclés. La position qu'il arborais aurais pu le faire figurer sur un calendrier pin-up pour gay. Si Guilford l'avait vu dans cette position, je crois qu'il serait mort de rire.

    Toujours est-il que le moment était plutôt grave. Tendant l'oreille, Azazel essayais d'entendre s'il s'agissait d'un complot contre lui. Venant d'Alec, ça ne le surprendrais même pas.


Dernière édition par Azazel Pyros le Lun 12 Mar - 1:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Mer 29 Fév - 9:52

    Le premier ministre venait de passer une nuit blanche ... ce n'était pas la première fois qu'il en faisait de telle ... mais celle-ci avait un véritable goût de défaite ! De rage il jeta un dossier de plusieurs kilo sur le visage d'un infortuné hydros enchaîné non loin, qui le ramassa malgré son nez ensanglanté pour le ranger.

    <<Hoooooo on pique une colère dit moi ... ?>> minauda l'insupportable voix nasillarde d'Aurora

    << La ferme !!>> Hurla le premier ministre.

    Oui il piquait une colère, il était un être mégalomane et égocentrique, qui manipulait et dirigeait toujours tout autour de lui ! Lorsqu'il passait des nuits blanche sur un sujet, les réponses lui devenaient toujours évidentes, il trouvait ce qu'il cherchait ... mais là ... ! Par Oméga il n'était pas fichu de trouver les preuves pour montrer que cette maudite Nalim pym était sans aucun doute la princesse des sang mêlés ! Lui même n'arrivait pas à s'en persuader totalement !! Mais ils n'avaient plus le temps, et Nalim avait encore disparus de la circulation Pyros.

    Alec ne lui avait rien donné de satisfaisant concernant le palais ou quoi que ce soit d'autre, mais elle y était entrée, et si elle avait récupérer quelque information que ça soit, sa tête aller tomber ! Car il était responsable de la venue de cette femme ! Non, il n'avait plus le temps de réfléchir, et cela l'énervait outrageusement. Pour la seconde fois de sa vie, il était dans une situation qu'il ne pouvait pas contrôler du début à la fin, c'était inadmissible !

    <<Envoie un Message à Irelia ... je veux la voir dans quatre heure à la cascade enchanté !>> lâcha Alec à la petite créature en train de s'engouffrer l'éclaire au café que le premier ministre gardait pour son petit déjeuné, dans la bouche.

    << Tu as des larbins pour cha, j'ai autre choge à faire que de porter tes mechage !>>

    <<Ce n'était pas une proposition ! Ni une question ! cracha-t-il avec colère.

    << cha va cha va ! >>lâcha la xerses en avalant la pâtisserie.<< Je vais le porter ton maudit message codé à la noix !>>

    L'être bleu s'empara du papier que le premier ministre était en train de rédiger et passa par l'une des canalisations qu'elle empruntait habituellement pour sortir incognito de la chambre noire. Alec lui, passa par le passage qui donnait sur une ruelle sombre des bas-quartier. Vêtue d'une cape de voyage suffisamment sombre pour cacher ses vêtements, il profita de la nuit légèrement mourante pour se diriger vers le lieu de rendez-vous ... il avait encore quelques heures pour réfléchir et prendre une décision.

    Mais ces décisions qu'elles étaient-elles ?
    En premier lieu il pouvait soit demander à Irelia de guetter le retour de Nalim, et de lui faire rendre gorge dès qu'elle apparaîtrait. L'autre solution était de l'envoyer directement à l'encontre de Myallao. Mais s'il se révélait que Nalim n'était pas Myallao, l'incident diplomatique allez être gravissime !!
    Cependant, si Nalim était bien Myallao, et qu'elle avait drainé des informations à quelques autres membres du palais sur les protections de ce dernier, Alec allait être dans la première ligne des accusés ! Il repensa à l'entretient qu'il avait eu avec Nalim ... Une seule chose l'avait sauvée ce jour là ... qu'elle ai été vus entrer dans le palais en sa compagnie. Si telle n'avait pas été le cas, il l'aurait fait disparaître sans le moindre soupçons à la barbe du monde entier. Seulement voilà, c'était trop tard maintenant !

    Arrivé devant la cascade, il avait prit sa décision ... Il tenterait le tout pour le tout, et ne pourrait compter que sur les aptitudes déjà tant prouvé d'Irelia pour soit réussir son contrat, et enlever une remarquable épine du pied à tout Pyrolia, soit s'en sortir et laisser à penser qu'elle est un assassin pour le compte des Hydros, ou d'un autre sang-mêlée dissident.

    L'autre problème était sans doute que la mort de Myallao allait faire d'elle une martyr ... Renforçant par là même le désire de paix des Sang-mêlés ... Sauf si ...

    Sauf si d'autre preuve bien plus sournoises s'ajouter à tout cela. Si Myallao était suspecter de tentative de meurtre à l'égard d'un Hydros ou d'un Pyros, cela pourrait montrer à tout son peuple un visage de leur dirigeante qu'il ne lui connaissait pas. Il s'empara d'un crayon et commença à rédiger cette nouvelle idée.
    quelques heures plus tard, il attendait toujours la tueuse avec une pointe d'impatience. Lorsque cette dernière arriva, il s'empressa de s'approcher d'elle, et l'aida à descendre de la même façon qu'on aide un "être aimé" à venir à soit.

    <<Jouez donc le jeu, on est jamais trop prudent.">> lui lança-t-il dans un murmure.

    Il l'entraîna ensuite vers un rocher pour s'asseoir au près d'elle en lui tenant les mains et en semblant hésiter longuement. Il lança ensuite un véritable laïus d'amoureux naïf.

    <<Tendre Irelia, qu’Omega soit remercié, je craignais que vous ne puissiez prendre par à une telle Mission. Très bien, je suis des plus heureux que vous répondiez si promptement à mes avances si maladroites ! Je craignais que vous ne me preniez pour un fou, et que vous ne fuyez vite au plus loin, moi et toutes mes tentatives tellement risqué. Grande cependant est ma joie de vous voir en un tel lieu ma chère. Je me devais de vous voir, pour partager avec vous mes sentiments, vous faire comprendre à quel point votre regard magnifique vaux pour moi plus que n’importe quelle récompense ! Pas seulement parce qu’il est au-delà de tout ce qu’Oméga lui-même pourrait façonner de ses propres mains, mais bien parce qu’il s’accorde tant avec ce magnifique visage qu’est le votre, seulement voilà, nos positions sont si différentes, le peuple ne comprendrait malheureusement pas. Si j’osais vous demander, une preuve de vos sentiments, juste une. Seule votre tendre déclaration pourra me rendre ses nuits si dures que vous me volez. Je vous en pries ma douce amie, de bien vouloir apaiser ce cœur qui est le mien, et que vous avez pris pour cible.>>

    Ces mots contenait en réalité un code connu de lui seul et d'Irelia, puisqu'il ne l'utilisait qu'avec lui. Le principe complexe était dur à saisir, même lorsqu'on en connaissait la clé. Lorsque le premier mot commençait par une consonne, il fallait regarder alternativement le dernier mot de la phrase, puis le premier de la suivante et ainsi de suite, lorsqu'on contraire c'était une voyelle, il ne fallait s'occuper que de la première lettre des mêmes mots. Par ces vers d'amoureux, Alec expliquait en réalité qu'il avait pour Irelia une mission des plus dangereuse qui ne concernait pas une cible unique.

    Il savait qu'elle même n'avait pas l'habitude d'utiliser un code si complexe, et qu'elle avait déjà du mal à le comprendre, ainsi les réponses qu'elle devait lui donner était dans un autre code, plus simple. Si elle comprenait les risques que la mission impliquait et qu'elle était prête à se lancer maintenant dans le contrat elle devait répondre en mettant le prénom du premier ministre au début de sa phrase, ou l'appeler "Sire Herzan" dans le cas où elle aurait préférait plus d'information sur les cibles, avant de prendre un tel risque.

    Pour le premier ministres il valait mieux qu'on le pense enticher d'une simple personne du peuple, plutôt que fomentant l'un des assassinats les plus risqué diplomatiquement, qu'il n'avait encore jamais ourdis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Dim 11 Mar - 8:55

    Il l'attendait. Elle le savait pensant, la regardant d'un oeil suspectant des projets fous. Mais quels projets ce ministre si haut placé allait il lui donner à entreprendre ?
    Pas vraiment celui qu'elle espérait. Pas du tout.
    Il se précipita sur elle et l'aida à descendre de sa monture. Drole de façon, mais la phrase qui sortit ensuite de sa bouche eu un sens très très différent de celui qu'il laissait sous-entendre :

    <<Jouez donc le jeu, on est jamais trop prudent. >>

    <<Comment ? Qu ... Quel jeu ? on ne joue pas ?!>>

    Elle pensait mal. Elle venait de voyager pendant près d'une heure sur un animal qui secoue, et voilà qu'il voulait jouer ? Rien n'était clair dans sa tête. La jeune femme se demandait réellement si le rendez-vous était un contrat, ou simplement un piège. Un piège pour quoi ? Qui ? Elle ? Que lui voudrait le ministre ?

    Bien malgrès elle, elle se laissa entraîner jusqu'au rocher, un peu à cran, mais sa curiosité l'emportant sur tout le reste. Et là elle eu la plus grosse surprise de sa vie.

    <<Tendre Irelia, qu’Omega soit remercié, je craignais que vous ne puissiez prendre par à une telle Mission. Très bien, je suis des plus heureux que vous répondiez si promptement à mes avances si maladroites ! Je craignais que vous ne me preniez pour un fou, et que vous ne fuyez vite au plus loin, moi et toutes mes tentatives tellement risqué. Grande cependant est ma joie de vous voir en un tel lieu ma chère. Je me devais de vous voir, pour partager avec vous mes sentiments, vous faire comprendre à quel point votre regard magnifique vaux pour moi plus que n’importe quelle récompense ! Pas seulement parce qu’il est au-delà de tout ce qu’Oméga lui-même pourrait façonner de ses propres mains, mais bien parce qu’il s’accorde tant avec ce magnifique visage qu’est le votre, seulement voilà, nos positions sont si différentes, le peuple ne comprendrait malheureusement pas. Si j’osais vous demander, une preuve de vos sentiments, juste une. Seule votre tendre déclaration pourra me rendre ses nuits si dures que vous me volez. Je vous en pries ma douce amie, de bien vouloir apaiser ce cœur qui est le mien, et que vous avez pris pour cible.>>

    Elle l'avait séduite ? vraisemblablement. Mais pourquoi lui avoir donner rendez-vous ici, avec une urgence pareil. Pourtant sa voie ne trompait pas, c'était bien de l'amour que contenait ses paroles ! Que cela pouvait être d'autre ? Elle fut prise totalement au dépourvu de cette déclaration. Mais quelle autre endroit aurait pu faire l'affaire. Tous deux réunis devant cette illumination de pluie. Il était juste à côté d'elle, à attendre sans doute une réponse. Que pouvait-elle lui répondre ? Oui ? Non ? Répétez ?
    Elle devait s'y prendre en finesse pour ne pas le froisser, mais pensait à une seule chose, l'embrasser.

    Elle ? Non. Pas du tout. Impensable. C'était le ministre. Ils ne s'étaient vu que quelques fois. Elle ne le connaissait pas. L'amour n'allait pas venir fouiner son nez la dedans.
    Pas cette fois. Non. Non. Elle ne l'aimait pas. C'était juste .... un employeur. Rien de plus. Jamais elle ne pourrait éprouver des sentiment pour lui. Jamais.

    Le coeur tenait quant à lui un tout autre discours.
    Et su raisonner le cerveau.
    Dommage.

    Elle l'embrassa. D'un coup. Sans prévenir.
    Mais qu'est-ce que ça lui fit du bien ! Et le cerveau reprit son mouvement et déclencha la partit reflexion.

    <<LE CODE !!>>

    Hors RP:
     
Revenir en haut Aller en bas
Azazel Pyros



Clan : Les sulfureux Pyros

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 140
Rang: Empereur
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Lun 12 Mar - 1:09

    << Tendre Irelia ...>>
    "Tendre Irelia ? Oh le ... Blah blah blah ... Il lui raconte l'histoire de Vidia où quoi ?"

    Toujours planqué dans sa position plutôt incongrue, Azazel contemplais le couple avec attention. A en croire ce que disait Alec, c'était un simple rendez vous amoureux. Et s'il n'avait pas s'agit d'Irelia, l'empereur serait en train de se rouler par terre de rire, tant la possibilité qu'Alec aime quelqu'un soit ... Saugrenue ?

    Mais la personne à qui il avait fait la déclaration, c'était bel et bien Irelia, et ceci irritais beaucouuuup le jeune garçon au cheveux blancs.


    /!\ Discourt Choquant /!\:
     

    Ce qui avais interrompu les douces pensées du seigneur n'était autre qu'Irelia se jetant sur les lèvres du premier ministre. Azazel avait les yeux ronds comme des balles de tennis. La bouche grande ouverte, le menton s'écrasant sur le sol. Il n'en revenait pas de ses yeux, c'était scandalant, où un truc dans le genre. Enfin, c'était comme ça que ça se présentait dans son crane. Les mots se mélangeaient, formant de drôle de choses, tel que Pourritre, mélange entre le traître et la pourriture, Fumard, mélange entre Fumier, et connard... M'enfin, que de jolies choses incroyablement poétiques. Tout comme les images qui défilaient dans son cerveau. Des milliards d'Alec. Brûlés, éventrés, calciné, démembrés, encu... enfin, vous m'avez compris.

    Ses cheveux brûlaient littéralement sur sa tête, comme d'habitude quand il s’énerve. Encore un coup de chance que les buissons n'aient pas pris feux. Afin de cacher la lumière rapidement, il se planquât sous son manteau de cuir noir, celui ci manquant de rentrer en ébullition tant la colère était grande. Puis il sursauta quand il entendit la belle irélia crier :<< LE CODE !! >>

    "Gnéé ? Hein ? Quoi ? Le code ? Quel code .. ? ... C'était pas une déclaration ? il s'est foutu de sa gueule ?... MAIS JE VAIS L'EN-" et ce fu repartis dans des pensées délicates et poétiques.

    Puis se calmant peu à peu, il compris... plus où moins bien, qu'Alec avait fait passer un message par cette déclaration. Le sens lui échappais, mais connaissant la proffession d'Irelia, c'était soit une vraie déclaration ["GRRRRR!"], soit un meurtre... Mais la question était ... "Qui ?"

    "Parce que, au dernière nouvelles, je peux pas crever, fils d-"

    Si ce n'était ni Azazel, ni Guilford... La logique voudrait qu'il s'agisse de Myalao, qui Alec voudrait-il tuer d'autre ? Hormis le cuisinier du château, qui doit vraiment être remplacé... C'est d'ailleurs ce qui trahis l’empereur. Un gargouillis digne du grognement d'un Wolfgang s’échappât du ventre d'Azazel, qui se mit à prier pour qu'on ne l'ai pas entendu.

    #Grouuuuuuuuuinglblebleble...#

    "... Rôti d'Panneige de mes deux...!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Lun 12 Mar - 12:02

    Les choses s'enchaînèrent extrêmement vite, et heureusement pour le premier ministre qu'il était largement habitué à garder le contrôle sur les évènements, sans quoi il aurez, en plus de mettre en l'air toute sa couverture (ou plutôt apporter les preuves définitive qu'elle n'existait pas), et se serait attirer les foudres de l'une des ses meilleurs "employés".

    Alors qu'il attendait purement et simplement une réponse commençant par "Alec" ou par "Mr.Herzan", le premier ministre fut pris de court par un baiser, certe tendre, mais totalement déplacé. Il lui avait certe demandé de jouer le jeu, mais à ce point ! Peut-être lui donnerait-elle la réponse après, cela ne donnait que plus de crédibilité à la chose. Il se laissa donc aller, y prenant le plaisir éventuel qu'un être normal aurait put y prendre. Ce n'était pas désagréable ... mais il brûlait d'impatience d'obtenir cette fichu réponse ! C'est alors qu'arriva le premier imprévus.

    "LE CODE !!"

    Si Alec n'avait pas retenu sa main, il aurait surement claqué la tueuse avec puissance pour une double erreur aussi monumental ! Mais seul une personne proche et attentive aurait put distinguer l'orage, que dis-je, la tempête, qui passa de façon éphémère sur le visage du premier ministre. Il se contenta ensuite de prendre un air hébété.

    "Mais ... de quel code parlez vous donc ma chère ?" lança-t-il comme le dernier des naïf, avec un léger rire, comme ceux qu'on lance nerveusement lorsqu'on ne comprend pas où l'autre veut en venir.

    Il serra cependant la main de la tueuse pour lui faire comprendre qu'il ne tolérerait pas un autre dérapage. La fatigue n'était pas une excuse que le premier ministre tolérait, il était debout depuis bientôt 46h, et il était encore capable de balancer ces fichus codes, tout en réfléchissant à un moyen de se discréditer des meurtres qu'il allait commanditer, tout ce qu'il exigeait de ses subordonnée, c'était de comprendre quand il leur parlait, et de répondre par oui ou non selon LEUR CODE !! BON SANG D'OMEGA !!!
    Si rien ne le laissait transparaître, le premier ministre fulminait intérieurement, et pendant une fraction de seconde, l'idée de perdre toute crédibilité ne lui déplut pas, si cela pouvait soulager cette main qui le démangeait tant !!

    *Misérable idiote !!* Il hurla ces mots intérieurement mais réussi à les faires taire avec un magnifique sourire, laissant l'air d'attendre de savoir ce qu'était ce fameux code dont elle parlait.

    #Grouuuuuuuuuinglblebleble...#

    Voilà le son que pris le second imprévus ... plutôt grotesque, et terriblement peu furtif. Il avait deux choix, se renseigner sur qui était l'intrus ... ou faire usage de celle qui l'avait sous la main ... Après tout, il n'y avait ici ni témoins ... ni autre observateur ... Qui que soit le malheureux caché dans les fougères, il était tombé en face du mauvais "couple" ... une tueuse et un sociopathe, qui n'hésiterait pas une seconde à le faire assassiner. Cependant il y avait là occasion de renverser de nouveau la balance et cette fois-ci de son coté, mais il fallait encore miser sur les capacités d'Irelia ... et le premier Ministre hésitait à prendre de nouveau un tel risque. Tout en réfléchissant en l'espace de quelque seconde, il pris un air gêné, celui de quelqu'un surpris en pleine action amouraché qui ne lui correspond normalement pas. Il se mit debout maladroitement et s'épousseta, se racla la gorge, et se lança dans un autre discours.

    "Ainsi donc, vous comprendrez qu'il est capitale pour l'empire pyros d'obtenir ces informations sur les positions ennemi mais je suis Magnanime. Y-a-t-il autre personne que vous pour s'occuper d'une telle chose ? J'en doute pour tout vous dire, et c'est pourquoi je vous demanderais avant tout de ne pas être, vis à vis de cette mission, Acerbe. La mission, bien que compliqué, est, comme je vous l'ai dit, essentielle pour la guerre. C'est pour quoi il est nécessaire que vous restiez discrète, et efficace, comme vous avez su toujours l'être lors de missions Antérieur. Ordonnez vos affaires et partez au plus vite !"

    Cette fois il venait de lui donner le nom de la première cible. Cependant piqué de curiosité, il se retourna vers le buissons d'où était non seulement sortis le gargouillis étrange, mais en plus une sorte de murmur suivit d'un fouissement étrange.

    "Irelia, allez vérifier ... vite ..." Il parlait avec peu d'assurance, comme s'il tentait de faire passer cette ordre pour officiel, alors que, au vus de la situation présente quelque minutes auparavant, il ne pouvait surement pas l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Mer 14 Mar - 4:35

    Le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code, le code...

    C'était ce que l'assassin se répétait depuis que la confusion avait été commise.
    Mais pourquoi diable avait-il fallut que le coeur l'emporte sur la raison ! Elle était radieuse se matin, et voilà qu'elle venait de rater un contrat et surement d'en déclencher un autre. L'erreur avait été monumentale ! Ne pas se souvenir d'un commun accord, et aggraver les choses en embrassant son commanditaire, le très haut-placé ministre Pyros, Alec Herzan. Qu'est-ce qui lui était passé par la tête vraiment !

    Mais qu'est-ce qu'elle avait apprécier ces quelques secondes ! Ces lèvres si chaudes posées sur les siennes ! Ca l'avait fait fondre avant que tout rebascule dans la réalité !
    Et Alec n'avait même pas osé continuer... Dommage pour elle. Il lui avait pris la main après sa fautes et l'avait serré bien fort dans le but de bien lui faire comprendre que ceci ne serait pas sans punition !

    Mais Irelia essayait de se souvenir des paroles exactes qu'il avait prononcé, sinon son contrat tombait à l'eau, et adieu le joli poison qu'elle avait vu dans une boutique cachée. Elle remettait quelques mots dans l'ordre, mais ce n'en fut plus la peine, Alec Lui fit comprendre enfin quel était son véritable contrat, et ça ne la brancha pas plus que ça !

    "Ainsi donc, vous comprendrez qu'il est capitale
    pour l'empire pyros d'obtenir ces informations sur les positions ennemi
    mais je suis Magnanime. Y-a-t-il autre personne que vous pour s'occuper
    d'une telle chose ? J'en doute pour tout vous dire, et c'est pourquoi je
    vous demanderais avant tout de ne pas être, vis à vis de cette mission,
    Acerbe. La mission, bien que compliqué, est, comme je vous l'ai dit,
    essentielle pour la guerre. C'est pour quoi il est nécessaire que vous
    restiez discrète, et efficace, comme vous avez su toujours l'être lors
    de missions Antérieur. Ordonnez vos affaires et partez au plus vite !"


    Myalao. Les accentuations étaient formelles. La dirigeante sang-mêlés allait donc recevoir une visite très singulière. Dans sa tête, Irelia voyait déjà la lame s'enfoncer ou le poison se rependant dans son sang, mais pour l'instant, elle avait un autre petit soucis en tête.
    Son ministre venait de lui ordonner d'aller voir les buissons. Alors tout naturellement, elle s’exécuta. A pied.

    Et c'est seulement à la moitié du chemin qu'elle se rendit compte qu'il fallait peut-être accélérer le pas. Et c'est en une fraction de seconde qu'elle passa sa main derrière son dos, attrapa la dague, et sauta vers le buisson, et tout cela sans bruit. Mais c'est aussi pendant la fraction de seconde qui suivit qu'elle eu vraiment mal au coeur pour les bêtises de la journée, parce que ce qui venait d'apparaitre devant elle n'était pas reposant du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Azazel Pyros



Clan : Les sulfureux Pyros

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 140
Rang: Empereur
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Mer 14 Mar - 8:21

    Le sourire d'Azazel était quelque peu... effrayant. Et si je dis effrayant c'est qu'aucun mot assez fort n'existe pour dire à quel point il était peu rassurant.

    A quelque centimètres du visage d'Irelia, les yeux exorbités, le sourire Réellement jusqu'au oreilles, digne d'un Jack Nicholson en meilleure forme, Azazel avait simplement l'air d'être tout droit sorti d'un asile.
    Une voix guttural s’échappât de sa gorge, ses lèvres bougeant à peine, on se serait cru dans un mauvais film d'horreur.

    << Bonjour. Ma. Demoiselle. Irelia. >>

    Sur ces mots, il se mit debout. Il la dépassait d'une bonne tête, et baissant les yeux vers elle, ses propre cheveux, ainsi que toute sa colonne vertébrale s’enflamma instantanément, la chaleur devenant presque... Insupportable. Puis il déposa un regard toujours aussi détraqué sur le couteau que portait la demoiselle. Avec douceur, il lui pris le poignet et déposa tendrement la lame sous sa gorge chaude.

    <<Eh bien, Irélia... ? Qu'attendez vous ? Monsieur Alec n'à-t-il pas demander que vous me fassiez la peau... ?~>>

    Comme pour ponctuer sa phrase, un rire aïgue digne des plus grands Joker sortis d'entre ses lèvres, ses yeux injectés de sang venant foudroyer le premier ministre.
    "Ca va swinguer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Lun 19 Mar - 2:12

    "Eh bien, Irélia... ? Qu'attendez vous ? Monsieur Alec n'à-t-il pas demander que vous me fassiez la peau... ?"

    Cette voix, Alec la connaissait ... et il ne la connaissait que trop bien. Sur toute la population Pyros ! Sur le moindre petit citoyen qui aurait put se trouver là, il avait fallut que ça soit Azazel ! Maudissant Oméga pour ce triste jeu de hasard, il s'empressa d'arrêter Irelia.

    "Par Oméga Irelia ! Arrêtez ça ! Rangez moi cette arme ! Et dorénavant, ne la tournez que face à un Hydros ou un sang-mêlé ! Je vous ai demandé de vérifier qui était là, pas de le mettre en pièce !"

    Il se retourna, l'air totalement effaré et affolé, et épousseta son empereur.

    "Seigneur Azazel, mais que faites vous là ? un peu plus et Irelia n'aurait pas fait de distinction ! Holalalalalalala !"

    Il avait eu une inspiration folle de ne pas ordonner à Irelia de tuer sur le champ quiconque se serait trouvé derrière ce buisson, les problème diplomatique aurait été interne et autrement plus houleux ! Ce qui était sur par contre, c'est qu'Azazel n'avait guère apprécié la scène d'amoureux, et à voir comme il regardait (ou plutôt contemplait) Irelia, et la touchait délicatement pour porter sans peur la lame de la tueuse à sa gorge ...

    *Tiens tiens mon cher empereur ... ne seriez vous pas en train de faire le faux pas que j'attend depuis tant d'année ?*

    Il dû lutter de toutes ses forces pour ne pas sourire, car si ce qu'il observait s'avérait exacte, il tenait là une arme sans pareil contre son empereur ! Ça n'était pas une arme politique ... loin de là ... Si le peuple ne jaserais pas en apprenant que leur premier ministre flirter avec un membre du peuple moyen, il s'amuserait juste de savoir que leur empereur c'est éprit de la même personne. Non, l'arme qu'il tenait était autrement plus sournoise, il tenait les sentiments de son empereur ... mieux que ça, il employait la source du "coeur" de l'empereur ! Il ne put s'empêcher de lâcher un rire nerveux tant la situation avait magnifiquement tourné en sa faveur !

    "- Excusez mon rire, il est dur de ne pas vous imaginer accroupis derrière des buissons, épiant une scène pareille ... Vous comprendrez que, malgré moi, la scène est assez cocasse ..."

    *Béni soit cette faiblesse que sont les sentiments ! Et bénis soit-elle encore plus, que d'avoir toucher l'empereur*

    Si jusque là il hésitait fortement sur s'il avait une carte d'avance sur son empereur, maintenant il en était sur, il avait une gigantesque longueur d'avance sur lui ... une longueur d'avance, comme il n'en avait jamais eu sur personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Ven 30 Mar - 19:54

    Irelia ne comprit pas tout de suite dans quelle situation elle venait de se mettre, mais elle savait d'instinct qu'elle devait s'en tirer. Et si possible avec le minimum de perte.
    Un Azazel sauvage venait d'apparaitre devant-elle et elle resta debout, immobile, ne sachant pas quel ordre exécuter. Celui d'Alec qui ordonnait à la tueuse de tuer, ou celui de la loi, qui interdisait d'attaquer le souverain.
    Elle n'était pas encore folle, mais ne put prendre une décision rapidement, et ce fut son empereur qui commença à "parlementer" :

    << Bonjour. Ma. Demoiselle. Irelia.Eh bien, Irélia... ? Qu'attendez vous ? Monsieur Alec n'à-t-il pas demander que vous me fassiez la peau... ?~>>

    La lame de la jeune femme venait d'être mise sous la gorge bien voyante d'Azazel, mais il la tenait, et elle ne pouvait l'enlever.
    Elle prit peur. Devant deux Pyros, dans une étendue d'herbe, avec une gigantesque cascade d'eau à côté, elle prit peur. Pas peur d'avoir peur, ça elle savait le contrôler, mais peur d'Alec, derrière elle, qui voulait peut-être que son ordre soit tout de même exécuté. Peur de la réaction de son empereur si elle poursuivait le geste qu'il lui ordonnait. Peur de la réaction plus tard de ces deux politiques, qui venaient de se mettre dans deux situations tout à fait hors du commun.
    Alec essaya de sauver le jeu, et put enlever Irelia du contact de son empereur, et la mit ainsi à l'abri pour quelques secondes. Il fit ensuite ce qu'il avait toujours fait avec lui, le gentil petit serviteur, mais elle n'en était pas totalement différente. Elle devait à Azazel sa position de mercenaire, et tous les avantages qui vont avec. Elle avait du se soumettre à ses ordres bien qu'elle ne le voulut pas. Elle était encore plus minable. Mais là ce n'était pas le moment de réfléchir. Il fallait agir et vite. Très vite. Parce qu'elle perçut ce qu'elle avait perçut des centaines de fois depuis qu'elle connaissait le premier ministre. Un soupçon de joie intense s'était glissé dans son regard. Un soupçon qu'elle savait percevoir tant elle l'avait vu.
    Il avait un plan. Un plan qui le placerait encore plus haut. Comme à chaque fois. La dernière fois qu'il avait fait ce même toc, c'était quand elle lui rapportait un plan de rebelles d'Azoria.
    Il avait fait envoyé des gardes, et l'attaque n'eut pas lieu. Il reçut beaucoup de titre ce jour là, et il eut, quand il reçut le plan, ce sourire presque démoniaque.
    Mais là, avec sa dague dans la main, et les deux personnes les plus importante du royaume devant elle, que pouvait ou devait elle faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Azazel Pyros



Clan : Les sulfureux Pyros

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 140
Rang: Empereur
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Ven 13 Avr - 3:26

    << Par Oméga Irelia ! Arrêtez ça ! Rangez moi cette arme ! Et dorénavant, ne la tournez que face à un Hydros ou un sang-mêlé ! Je vous ai demandé de vérifier qui était là, pas de le mettre en pièce ! Seigneur Azazel, mais que faites vous là ? un peu plus et Irelia n'aurait pas fait de distinction ! Holalalalalalala ! >>

    Des dizaines de phrase plus singlantes les unes que les autres travesèrent l'esprit remué de l'empereur. Sa tignasse blanche frolant l'incendi de peu. Ses yeux jettaient des éclairs, et paradoxalement, il souriait. Mais déjà en temps normal, quand Azazel souriait, s'était pas bon signe, alors dans cette situation là. Histoire d'ajouter une cerise sur le gateau, c'est Alec qui fut pris d'un fou rire.

    << Excusez mon rire, il est dur de ne pas vous imaginer accroupis derrière des buissons, épiant une scène pareille ... Vous comprendrez que, malgré moi, la scène est assez cocasse ... >>


    Un petit spasme nerveux vint faire sautiller le coins de la lèvre d'Azazel. Le sang bouillant de plus en plus. Quelle arrogance, quelle manque de self controle, quelle audace !

    Irelia, elle, semblait être totalement ailleurs. A croire que le baiser d'Alec l'avait mis dans un état presque létargique. En temps normal, l'Irelia que connaissait Azazel aurait déjà égorger l'homme qui se trouvais dans les buissons, et l'aurait reconnus après. D'un coté, Azazel fut heureux de voir que pour une fois, elle avais réflechis AVANT d'agir. D'un autre coté, il fut déçu de voir que le premier ministre en avait fait une lopette. Et c'est ce deuxième point qui le métait hors de lui. C'était l'assassin la plus puissante de Pyrolia. Elle était tellement importante qu'on aurait pu croire qu'il s'agisse de la seule. Ce qui était d'ailleurs peut-être le cas. Toujours est-il qu'Azazel devrait peut-être en trouver une autre, une plus petite et plus mignonne. Ah ce n'est pas qu'Irelia ne lui conviens pas, loin de là ! C'est juste que... Azazel préfère les petite choses fragile. Douce. Calme. Posée... C'est plus amusant à pervertir.




    BREF



    Les yeux de l'empereur passèrent d'Alec à Irelia, et vice versa pendant plusieurs minutes. A certains moment, ses deux yeux s'écartèrent même à la façon d'un caméléon pour en avoir un sur chaque Pyros. Ce qui n'était pas sans faire ressortir le coté psychopate attardé d'Azazel. Il ne savait pas par où commencer. Tout se bousculait. Il ne savait même pas à qui coller une droite en premier, Chose rare.
    D'un coté, on frappe pas les femmes #Rien à battre !#, d'un autre, s'il frappais Alec le premier, Irelia défendrais sans doute son chériiii~ #QU'IL CREEEEEVE !#

    Mais dans tout le bordel qu'était le cerveau (Enfin, c'est un bien grand mot) d'Azazel, une petite idée toute mignonnette vint foutre encore plus le chantier.

    #Oh oui ! Oui oui oui oui oui oui oui oui oui oui oui ! C'est çaaaa...~ Je suis un génie, je suis génial...! Azazel, t'es un dieu.#

    Il cessa de jouer au métronome avec ces yeux et lança le regard le plus hautain du monde à son cher ami Alec Herzan

    << Alec, vous tombez à merveille. J'ai quelque chose d'allechant pour vous. J'ai découvert qu'une taupe faisait des siennes au seins de notre gouvernement. Il n'y à qu'une personne soupçonnée. Il s'agirais d'une jeune rousse qui viens grapiller des informations aux membres de la noblesse Pyros. En les bousculant dans la rue, les rencontrant par hasard, en jouant la charmeuse et les inviter à boire un café, et autre stratagèmes qui pourraient passé inaperçu. Je veux que vous retrouviez cette fille et que vous l'apportiez devant moi pour que je m'en occupe. Ah, et on m'à rapporté que vos services étaient quelque peu... douteux ? Vous n'auriez pas oser raconter des choses à quelqu'un, mh ? Même haut placé... ? >>

    On savait Azazel futé, mais c'était sans doute la première fois qu'il avait eu autant de chance. Bien que ce discours visait de façon ambigüe la jeune Irélia ici présente, grace à un heureux concours de circonstance, Alec avait justement rencontré et bu un café avec une rousse qui était très louche... Azazel venait de tirer le jackpot au jeu des coïncidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   Sam 14 Avr - 1:46

    La situation était délicieusement sous le contrôle d'Alec ... Il ne pouvait que savourer ce théâtre de marionnette, théâtre où il semblait être le seul à pouvoir aligner des pensées cohérente ! Irelia était inactive, en plein conflit psychique, scrupule ou amour, peu importait, elle ne savait pas quoi faire entre l'homme à qui elle devait sa position, et celui à qui elle devait tout le reste et surtout ... qui savait tant de chose sur elle, comme il en savait sur tout les Pyros.

    L'empereur de son coté, était en plein conflit également, mais son conflit était bien plus cognitif. Ses yeux passaient rapidement d'un interlocuteur à un autre, et Alec savait ce que cela signifiait. Dans un premier lieu, l'empereur était en plein déni des sentiments qu'il avait éprouvé pour la tueuse. Il lui restait encore la colère, et la dépression, avant qu'il n'accepte la chose, et que l'arme d'Alec devienne inutile ... cela lui laissait théoriquement 3 à 4 jours ... Pour quelqu'un dont la santé mental était celle de son empereur ... et c'était assez peu comparé à une personne normal il fallait bien le reconnaître, mais cela laisserait à Alec le temps de réfléchir à comment utiliser cette arme efficacement.

    Son empereur eu sans doute ensuite fait le clair dans ses idées, car il lança à Alec un de ces regard hautain que le premier ministre détestait tant.

    *En voilà un de plus que te ferais payer un jour ...* se dit le premier ministre tout en continuant de sourire.

    "Alec, vous tombez à merveille. J'ai quelque chose d'allechant pour vous. J'ai découvert qu'une taupe faisait des siennes au seins de notre gouvernement. Il n'y à qu'une personne soupçonnée. Il s'agirais d'une jeune rousse qui viens grapiller des informations aux membres de la noblesse Pyros. En les bousculant dans la rue, les rencontrant par hasard, en jouant la charmeuse et les inviter à boire un café, et autre stratagèmes qui pourraient passé inaperçu. Je veux que vous retrouviez cette fille et que vous l'apportiez devant moi pour que je m'en occupe. Ah, et on m'à rapporté que vos services étaient quelque peu... douteux ? Vous n'auriez pas oser raconter des choses à quelqu'un, mh ? Même haut placé... ?"

    Alec prit alors l'air étonné de quelqu'un qui n'était très surpris que son supérieur ne semble au courant que maintenant de la chose. Il y avait 2 solutions, la première était que l'empereur avait entendu parler du fait son premier ministre avait été vus en compagnie d'une rousse du peuple, et il savait, d'une façon ou d'une autre, qu'elle était ce qu'Alec pensait qu'elle était. Soit, au vus de la façon dont il réfléchissait dans ce genre de cas, il essayait de mettre Irélia dans le panier des traîtres avec Alec.

    "- Ha, les services de renseignement vous on prévenus vous aussi ? entama le premier ministre. Cela me rassure, c'est la première chose que je leur ai demandé de faire lorsqu'il m'ont apporté cette nouvelle. En effet oui, il semblerait qu'une sang mêlé s'amuse à espionner notre cours, et de nombreux noble ont été vus en compagnie d'une femme dont votre description semble être le portrait parfait ... Cependant, mettre toutes les personnes au cheveux roux derrières les barreaux pour éviter un dérapage serait, si vous me permettez cette remarque, une répression odieuse, que le peuple ne saurait tolérer ..."

    Il lança ensuite un regard à Irelia de façon à expliquer à l'empereur, que cet acte la concernerait également.

    "- Pour ce qui est de ma part de responsabilité dans cette histoire, j'ai en effet, passé une après midi avec une jeune fille que j'ai malencontreusement heurté durant la journée. Je lui ai offert un rafraîchissement pour me faire pardonner, et c'est peu après que j'ai eu vent de ces histoires d'espionnage. Oméga merci, je ne lui ai pas souffler le moindre détails utilisable sur nos défense ou quoi que ce soit d'autre, mais croyez moi, Empereur Azazel, j'ai lancé les services de recherche contre cette personne, et lorsque je la retrouverais je vous la ferais livrer pour que vous puissiez l'interroger personnellement !"

    C'était là un mensonge éhonté ... Si Alec remettait la mains sur Nalim pym ... il la mettrait en pièce dans une salle de torture sombre et personne ne retrouverait jamais les restes du corps de la malheureuse.

    "- J'allais justement envoyer damoiselle Irelia en mission d'espionnage chez les sangs-mêlé pour tenter de retrouver cette espionne. Damoiselle Irelia, vous feriez bien de vous presser. J'ai entendu dire que c'était la meilleurs que nous possédions, et je l'ai fait quémander au plus vite pour qu'elle s'occupe de cette mission ! Je n'ai pas pris le temps de vous mettre au courant, vous comprendrez que le temps nous manque ... si certain noble ont délié leurs langues suite à du charme, il est bien possible que ces informations soit déjà arrivés aux oreilles des Sang-mêlés, qui n'hésiteront surement pas à les vendre aux Hydros au nom de leur soit-disante paix ..."

    Si Alec était un incroyable menteur et un bon manipulateur, il n'en était pas moins un homme politique remarquable, qui, en plus d'avoir une langue de bois d'ébène et d'acajou, savais comment gérer les crises au plus vite ... c'est d'ailleurs ce qui lui avait vallut la place de premier ministre. Dans cette situation, il était non seulement lavé de toute accusation concernant ses fréquentation, mais en plus, prouvait à l'empereur une fois de plus, qu'il était un rouage majeur de son gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un paysage, un couple... Un meurtre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un paysage, un couple... Un meurtre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» Commission d'appui pour enquetes sur meurtre de journalistes
» Couple de l'année
» Couple sous couverture. Trouée
» ||END|| Faire tâche dans le paysage? Moi? Tu crois? [Pv No Name].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sauvegarde-
Sauter vers: