CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Horloger
Admin



MessageSujet: Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]   Dim 29 Nov - 16:22

La taverne de l'art Divin est le lieux idéal pour y rencontrer toutes sortes de personnages. C'est un lieux de paix, où chaque clan peut choisir d'y passer quelques instant loins des soucis de la guerre. Cette bâtisse utopique abritait aujourd'hui quelques habitués décidés à profiter d'un jour paisible de Lasbon. Le soleil commençait à se faire timide, et l'air commençait à être frais. Mais étrangement, cette journée n'était pas une journée comme une autre. Deux des clients de cette Taverne Idyllique n'était pas de simples consommateurs lambda venu boire un verre avec des amis, non. Aujourd'hui, par un concours de circonstance, le Hasard, à moins que ce ne fusse le Destin, Guilford Hydros, et Myalao Iellune, les deux dirigeants, allaient se retrouver au même endroit, au même moment, et ce, sans même s'en douter un seul instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vidia.forumsactifs.com
Guilford Hydros



Clan : Les doux Hydros
Age : 21

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 17 ans
Rang: Empereur Hydros.
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]   Dim 29 Nov - 16:30

Les piles de dossiers interminables qui jonchait le sol du bureau de Guilford était tellement imposantes que la lumière du soir peinait à atteindre l'Empereur, et créait dans la pièce une atmosphère sinistre, sombre, et peu aguichante. Le jeune homme avait d'ailleurs beaucoup de mal à se concentrer sur son travail d'empereur, une fois de plus. Comme à son habitude, sa seule envie était de fuir ses responsabilités et ce travail embarrassant pour pouvoir aller couler du bon temps à l'extérieur. Certes, il était gratifiant pour lui d'être l'empereur Hydros, et il ne pouvait rêver mieux. La reconnaissance, l'amour, les femmes.. Tout lui souriait. Mais comme toujours, Guilford s'ennuyait.

Les yeux rivés sur son dernier dossier, il contemplait là les horreurs de la guerre. Villages pillés, toits brûlés, enfants lâchement assassinés. Le nombre de noms qui peuplait les lignes de ces feuilles n'avait d'égale que le nombre de décès compté cette dernière saison. Lorsqu'il finit de tourner les six premières pages, les innocents disparurent de la liste pour laisser places aux soldats morts au front. De véritable héros. Des héros morts, mais des héros tout de même. Cependant, le visage de l'empereur semblait n'afficher aucune émotion. Pas une larme, pas un sanglot, ni même un soupire. On n'aurait su dire si cette expression neutre était due à toute la violence, la cruauté, et la souffrance qu'il recevait en plein visage, ou si ce n'était que de l’indifférence totale.

C'est sans rompre ce silence que Guilford décida de se lever brusquement. S'en était trop pour lui. Qu'il s'agisse d'un raz-le-bol de cette injustice, ou de la lassitude de l'ennui, l'empereur rompit la monotonie de son visage d'un froncement de sourcil, le regard rivé sur la fenêtre qui donnait sur une vue incroyable. Le ciel commençait à se rougir, le soleil ne tarderait pas à disparaître, la fin d'après-midi approchait. Se glissant entre les tours de papier, il ouvrit en grand cette écran de verre et de bois pour se hisser sur le rebord. Du haut du château, il pouvait admirer la plus grande partie de sa ville, et au loin, les falaises dansante du champ du souffle. Le vent était frais compte tenu de la hauteur de la tour dans laquelle il se trouvait. Il contempla le vide, d'un regard hagard. C'était vertigineux. C'est à peine s'il pouvait distinguer les gens situés beaucoup plus bas. Les bras écartés, il prit une grande inspiration avant de se laisser tomber en avant.

La chute fut longue. Le vent giflait le visage du jeune homme. Il avait du mal à garder les yeux ouvert tant la vitesse était élevée. Le petit lac du jardin qui se trouvait en dessous commençait à s'agrandir à mesure qu'il se rapprochait, devenant de plus en plus proche, lors qu’enfin, il percuta l'eau la tête la première. Cette dernière éclaboussa les alentours abondement, le choc n'avait pas été très doux. Il fallut attendre quelques minutes avant de voir l'empereur sortir du lac et replacer ses longs cheveux noir en arrière. Il profita du même mouvement de tête pour replacer son épaule et sa nuque, démise quand il percuta les rochers, dans un bruit de craquement d'os à glacer le sang.

Un jeune garde du jardin qui se trouvait là accouru vers lui. Il l'avait vu lors de la chute, et vint vite s'enquérir de l'état de son empereur.

- S..Sir Guilford, j'ai vu votre chute.. Vous n'êtes pas blessé, que s'est-il passé ?!


Le jeune empereur lança un regard étonné au garde. Visiblement, il ne s'attendait pas à "tomber" sur quelqu'un aussi tard dans la journée. Le jardin n'était gardé que lors des heures de pointes, lorsque les personnes affluent pour venir voir l'empereur. Lorsque le soleil commence à tomber, les gens ne sont plus autorisé à venir voir Guilford qui alors demande a tous les gardes de bien vouloir rentrer. C'était fâcheux qu'une si jeune recrue ait du assister à un tel spectacle, et ceci contrariait beaucoup Guilford qui espérait passer inaperçu. Il eut un petit instant d'hésitation avant de lui répondre.

- Mademoiselle Rosalia Rhyfel à encore fermé mon bureau de l'extérieur pour me forcer à travailler sur des dossiers ennuyeux au possible. J'ai besoin de me dégourdir un peu les jambes.


- Mais... Pourquoi ne pas simplement avoir forcé la porte, Sir..? Se hasarda à demander le jeune garçon.


- C'est un bois très précieux, Jeune homme ! Lui répondit l'empereur, outré qu'une telle question puisse être posée. Bien entendu, j'entend que cette petite anecdote reste notre secret, d'accord ?


- Très bien votre altesse ! Veuillez m'excuser, Lady Rhyfel n'en saura rien, c'est promis.


Guilford lui murmura un doux "Alte Themare Didael¹." avant de commencer à marcher en direction de la sortie, attachant ses cheveux mouillés en une queue de cheval. Il entama un long trajet pendant lequel il en profita pour changer de vêtements, optant pour un simple accoutrement de villageois lambda, abandonnant sa tenue bleue d'empereur. Ses cheveux eurent le droit à un Relooking également, la queue de cheval devint un chignon, puis un chapeau de paille vint décorer le sommet de son crâne. En route, il saisit une branche d'arbre mort pour s'en servir de canne et avança sur ses trois pattes en direction de la taverne de Fléus. Il suivit les chemins de terre pendant une vingtaine de minutes puis put enfin traverser le pont qui le mena jusqu’à sa destination. Abaissant légèrement son chapeau, réajustant sa tenue de payants, il entra dans la taverne sans craine d'être reconnu. Son accoutrement, sa posture, sa façon de marcher, et même l'aura qu'il dégageait n'avait rien à voir avec celui qu'il était en temps normal. Une belle performance d'acteur, preuve que cette évasion sauvage n'était pas son premier coup d'essai.

Traînant un peu la patte, il se dirigeât vers le bar en s'aidant du bâton pour marcher, puis une fois assit, poussa un long soupire de satisfaction comme si marcher aussi longtemps l'avait épuisé. Pour la première fois depuis longtemps, il retrouvait cette taverne si chaleureuse. Bizarrement, aujourd'hui, très peu de monde était présents. Deux ou trois nobles, quelques clients habitués, un ivrogne pilier de bar dans un coin, et Guilford. Ce n'est qu'on lui ait servit une boisson légèrement alcoolisée mais surtout très sucrée que l'Empereur dissimulé entendit la porte s'ouvrir. Il tourna le visage vers cette dernière, curieux de voir qui venait de pénétrer dans cette havre de paix, avec une petite pointe d'adrénaline. Qui sait, il aurait pu s'agir de n'importe qui.
______
¹. Tu es gentil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myalao Iellune



Clan : Les pacifiques Sang-mêlés

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 28 ans
Rang: Dirigeante Sang-Mêlés
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]   Mer 9 Déc - 1:00

Les doux rayons du soleil perçaient a travers la fenêtre entre-ouverte, pour alors venir caresser le visage endormi de la demoiselle assoupie sur un lit de soie blanche. Myalao était arrivée juste avant l'aube, réussissant a s'immiscer discrètement dans l'enceinte du château, camouflée. Parvenue a son repère et accueillit par la chaleur de retrouver son véritable chez-elle, son monde couleur violine, elle se découvra. Vêtue d'une tenue militaire, d'un chignon quelque peu décoiffé à la couleur indigo, et de quelques blessures le long de ses bras et au niveau du cou, et les yeux noirs, la dirigeante des Sang-Mêlés était absolument méconnaissable.

Cependant, la fin de sa couverture en monde Hydros était arrivée pour cette année, et un discret sourire s'afficha, signe de joie de retrouver ses terres, et... de soulagement. Etre Cagia Jian n'était jamais de tout repos. En tant que mercenaire, elle se retrouvait souvent au cœur de bataille, milieu très dangereux mais d'autant plus proche des représentants de la guerre, donc lieu hautement stratégique. Quoiqu'il en soit, c'était une des premières fois où elle se retrouvait aussi fatiguée. Après avoir retiré ses lentilles, permettant a ses perles turquoises de s'exprimer à nouveau, elle regarda longuement les étoiles terminant leur danse du soir pour laisser l'astre flamboyant se réveiller en parsemant de lumières roses et dorées le ciel obscur s’esquissant d'un azur pur. Bercée par ce merveilleux spectacle, que seule cette vue offerte de la haute tour du chateau de Méliolia pouvait lui offrir, et par la fatigue qui l’enivrait, Myalao se laissa tomber dans son lit moelleux, non sans une certaine élégance naturelle. Le confort du tissu qui lui avait était étranger des jours durant, le sommeil manquant aidant aussi, ses yeux se fermèrent instantanément, la plongeant dans des songes sans rêves, sans cauchemars, dormant profondément.

C'est ainsi qu'elle fût délicatement émergée de sa torpeur. Les yeux encore embués, elle dégagea une longue mèche de son front et senti d'autant plus la chaleur satinée sur son visage. Mais elle se redressa rapidement. Au vu de la puissance du soleil et de son emplacement dans ce beau ciel de Lasbon, il devait être midi passé. Myalao fit une petite grimace : elle n'était pas fière de s'être laissée autant inactive. Car même si personne n'était au courant de sa présence, elle ne pouvait tolérer de se laisser aller. A peine eut elle le temps d'épousseter sa tenue froissée, qu'elle s'assit à son bureau, couvert de manuscrits. Que ce soit des traités, des lois en cours d'application ou simplement en projet et des résumés quotidiens qu'on lui faisait parvenir chaque jour à dix-neuf heure précises. Ayant été absente une vingtaine de jours, une sacrée lecture l'attendait et c'est avec impatience et sérieux qu'elle commença alors à travailler.

Des pages lues, des modifications, des froncements de sourcils, des soupirs de soulagement, des ratifications en grand nombre, Myalao ne chômait pas. Bien qu'elle fût rassurée qu'aucun trouble majeur n'avait atteint les Sang-Mêlés - son  sous-dirigeant en étant le bienveillant responsable – la situation Vidienne était toujours très délicate, et la guerre toujours très hostile.
Les heures défilaient comme si elles glissaient sur la jeune femme. Myalao ne voyait pas le temps passé, tant concentrée qu'elle était et tant elle devait assumer son choix de triple vie en rattrapant son retard, afin qu'il soit le moins perceptible possible. Elle se passa alors la main sur son cou afin de se dénouer un peu, et c'est en passant la main sur sa blessure récente qu'elle réalisa son état. Emportée par la ferveur de son travail, elle n'avait pas quitté son vêtement hydros depuis son arrivée dans son antre. Puis elle réalisa que le soleil avait déjà amorcé son déclin depuis un moment.


Dans une quarantaine de minutes, on viendrait déposer le résumé du jour. Dans une quarantaine de minutes les Vidiens aux sangs violines seront en famille fêtant un nouveau jour calme dans la cité. Dans une quarantaine de minutes, Myalao ne serait plus en Méliolia.


En effet, la Dirigeante savait que personne ne l'attendait, que personne ne connaissait sa présence ici. Elle savait que c'était l'occasion de profiter de cet anonymat en ses terres. Alors, tout en continuant a admirer les couleurs se teinter d'ocre et de marine, Myalao entreprit de s'accorder un temps pour elle. C'était une personne d'importante, certes, mais c'était également une jeune femme, simple même si sa vie ne l'était pas.
Elle se dévêtit, se lava sous une eau brûlante, pansa ses blessures, et respira pleinement se bien-être anodin. Devant son miroir, recouverte d'un drap opalin, ses cheveux encore bleutés et malgré ses quelques cicatrices, Myalao semblait beaucoup plus jeune. Plus chétive aussi. Mais tout aussi déterminée. Décidée à profiter de cette apparence innocente, de sa chevelure teintée et de sa présence inconnue, Myalao allait alors se métamorphoser, une dernière fois avant de se retrouver complètement. Elle se saisit d'une longue robe grise cendrée, mais à l'effet étrangement éclatant sans être clinquant, aux manches longues pour y dissimuler les marques qu'une demoiselle inoffensive ne devrait pas posséder. Un long châle vert d'eau vint recouvrir son collier et sa peau pour les mêmes raisons. Ses cheveux furent relevés en une longue queue avec un ruban, laissant échapper quelques mèches rebelles. Et pour finir, Myalao revêtit d'un manteau brun ses yeux étincelants.

Myalao n'était pas reconnaissable. Elle paraissait vraiment plus jeune, plus commune. Une demoiselle vidienne, élégante sans extravagance, féminine et ordinaire.
Elle ne se reconnaissait pas non plus. Peut-être aurait elle été comme ça dans une autre vie, si les choses avaient été autrement. Peut-être...
Même si ce n'était pas vraiment elle, son charme, son allure, sa prestance étaient sien. Demain, ils retrouveraient leur vrai visage, mais ce soir, il était temps d'en profiter pour aller défaire ses lacunes récentes pour prendre la température de l'état d'esprit de son peuple : le peuple vidien tout entier.

Une grande cape beige vint la recouvrir, ainsi qu'un capuche. Vérifiant l'absence de garde ou autre messager, Myalao s’éclipsa discrètement de sa pièce, puis du majestueux château et de la cité fleurie pour partir en terrain neutre : La Taverne de l'Art Divin. C'était le lieu idéal. Personne ne savait qui s'y trouvait, personne ne savait qui il croisait. Une ambiance inexplicable de sérénité y régnait. D'ailleurs, ce même ressentis paisible envahit la Dirigeante sur le chemin de cette destination. Le chemin de terre y menant passait au cœur de la nature, où faune et flore se mêlaient dans une belle harmonie. Myalao était heureuse de retrouver la terre fertile, totalement absente des lignes de front qu'elle venait de cotoyer quelques jours auparavant.

C'est avec un sourire dès plus sincères – en dépit de sa couverture- qu'elle passa la porte du domaine du tavernier Lucios. La chaleur du lieu l'accueilla alors instantanément. Même si en cette heure, seulement deux ou trois groupes s'y trouvaient, un amical fond sonore était présent.
Myalao n'était pas surprise, il était encore tôt, et c'était tant mieux, ça lui donnerait la possibilité de s'installer et d'ensuite partir à la rencontre des autres sans éveiller de soupçons.

Après avoir saluer d'un « Bonjour Bonsoir » d'un ton joyeux l'assemblée, elle se dirigea d'un pas léger vers le comptoir, tout en laissant découvrir son visage juvénile.

-Bienheureux tavernier Lucios, serait-ce possible d'avoir un de vos merveilleux cocktails dont vous seul avez le secret ? 

Joyeuse, bavarde et épicurienne, le parfait opposé de Myalao s'exprimait avec une justesse incroyable.
Soudain, le regard expert de la véritable Myalao vit un homme sur sa droite, qui la dévisageait.

- Oh, je vous ai doublé ? Je vous prie de bien vouloir m'en excusez, je vous laisse la priorité noble monsieur ! 

C'est avec de grands yeux et une voix innocente, sincère, qu'elle s'était adressé à lui et tournaient ses bras vers le tavernier à l'ouvrage, comme pour lui prouver ses bonnes paroles, lui laissant la possibilité de commander sans l'importuner davantage.

~~~~~~~~

L'espoir d'une paix régit toute une vie...

"De ma naissance à mon dernier souffle, je défendrais Vidia "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guilford Hydros



Clan : Les doux Hydros
Age : 21

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 17 ans
Rang: Empereur Hydros.
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]   Mer 16 Déc - 22:06

L'entrée de la demoiselle fut suivit d'un courant d'air, portant directement le parfum de l'inconnue aux narines de Guilford. Curieux, ce dernier la suivit discrètement du regard pour la voir venir prendre place à ses côtés, et commander une boisson au jeune Fléus. L'empereur n'arrivait pas à se concentrer sur les paroles de la demoiselle. Il la jaugeât de haut en bas ; certes, en tout point, elle ressemblait à une Hydros, mais quelque chose clochait. Fusse dans l'attitude, dans la voix, ou même dans les vêtements, un détail tracassait Guilford qui se souvint de l'endroit où il était. Non seulement, le clan de l'inconnue ne comptait absolument pas en ces lieux, mais de plus, si elle était bel et bien de l'un des deux autres clans, l’anonymat de l''empereur serait d'autant plus assuré. C'est au moment où il la dévisageait qu'il croisa le regard bleuté de la demoiselle qui lui lança ;

- Oh, je vous ai doublé ? Je vous prie de bien vouloir m'en excusez, je vous laisse la priorité noble monsieur !


Il eut un petit tressaut de rire à l'ouïe de la courtoisie de la demoiselle. Décidément, il n'y avait qu'en dehors de son bureau qu'il était respecté. La plus part des hauts placés de son gouvernement n'avait pas la déférence nécessaire pour lui adresser la parole. Pourtant, déguisé en vieux paysan dans une taverne, il était bien plus respecté que dans son propre château. Mais trop de politesse à tendance à énerver l'empereur. C'est l'un de ses grand défaut, aussi maniaque et carré soit-il, l'idéalisme l'agaçait profondément. Lui qui passait sa vie dans les dossiers reportant les victimes de la guerre, c'était de plus en plus difficile pour l'Empereur de se laisser gagner par la gentillesse gratuite.

- Il n'y a aucun soucis, vous ne m'avez pas doublé le moins du monde. Simplement, c'est la première fois que je vous vois ici, et je viens souvent.  Quitte à mentir, il ajouta ; Je me présente, Belial Sagramore. Ravi.

L'immortel s'attarda un instant sur les mains de la demoiselle. Il y avait objectivement quelque chose dans l'aura de la jeune femme quelque chose qui troublait Guilford. Elle n'avais pas l'air louche, non, mais disons que Guilford était capable de ressentir la bontés qui émanait de cet être pur. Comme si son corps tout entier criait que son cœur était sincère et pieux. Ces derniers temps, ce genre de personne étaient rares à croisée sur les terres Vidiennes. Les optimistes se faisaient rare, et la bonne humeur était souvent absente; du moins dans l'entourage du chef Hydros. Pour la première fois depuis bien longtemps, il avait l'impression de rencontrer quelqu'un de bien. Comme si aucune haine ne coulait dans la créature qui lui faisait face. C'était un renouveau.

Dans une capitale en guerre telle que Néolia, l'Empereur était contraint de ne fréquenter que les élites de la société, ces nobles pessimistes qui, belliqueux, qui sont près à guerroyer tant qu'ils ne sont pas affectés par les pertes. Autant dire qu'ils seront prêt à envoyer les sous-fifres se battre tant que leurs privilèges reste intacts. Évoluant dans une ambiance où tout le monde désire cette guerre, il avait oublier ce qu'était la foi de croire en la paix. Ses yeux se baissèrent un instant sur ses propres mains, dure et froide.

En relevant les yeux il déposa son regard directement dans les yeux de sa nouvelle rencontre, comme à la recherche de l'énergie positive qu'il lui manquait pour avancer dans l'obscurité d'un monde en proie à une folie vengeresse sans but. Il eut un sourire mélancolique, qui le fit se sentir idiot de se laisser enivrer par tant d'espoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myalao Iellune



Clan : Les pacifiques Sang-mêlés

~Feuille personnage.~
Âge du perso: 28 ans
Rang: Dirigeante Sang-Mêlés
Bloc-Notes:

MessageSujet: Re: Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]   Mer 30 Déc - 3:16

Un petit rire émana de l'homme au chapeau. Ce n'était pas un rire moqueur, mais plutôt... de surprise ?
Il est vrai que le comportement enjoué de son personnage n'était pas des plus courants sur les terres Vidiennes,et même si plus présents chez les Sang-Mêlés, ils étaient en minorité. C'était un choix stratégique : parfois, les profils les plus surprenant sont indétectables en terme de camouflage, enfin ici, c'était un réel opposé de Myalao dans la manière d'agir, bien que pas forcément dans sa façon de penser. Soit.
Il n'en était pas moins compréhensible de ce comportement vis-à-vis de son interlocuteur, qui laissait percevoir une personne plutôt extravertie, et avec un certain charisme. Ce qui se confirma avec sa réponse
Il n'y a aucun soucis, vous ne m'avez pas doublé le moins du monde. Simplement, c'est la première fois que je vous vois ici, et je viens souvent. Je me présente, Belial Sagramore. Ravi.

Cet homme, à l'aspect commune d'ancien, avait un ton clair et poli. Mais pour tout dire, cette voix ne s'accordait point avec le physique de la personne. Pas que Myalao était nourrit de préjugés – bien au contraire – mais sa fonction de maître de la dissimulation lui avait permit de déceler des individus en fonction notamment du lien entre leur façon de paraître et de s'exprimer. Dans ses débuts, elle s'était fait prendre au piège plusieurs fois. De plus, ce nom de Belial Sagramore ne lui disait rien. Pas que la jeune femme connaissait l'ensemble des Vidiens, mais aucuns de ces espions ne lui avaient fait mention d'un habitué de la taverne de ce nom. Ce monsieur mentait.
Et alors ?
Après tout, elle aussi, tout comme vraisemblablement une majorité des gens se retrouvant chez Fléus Lucios. C'était l'intérêt d’être sur un territoire neutre : on venait comme on le désirait, comme on était ou souhaitait être. De plus, ce qui intéressait Myalao était d'avoir des ressentis, des impressions sur Vidia, de n'importe qui elles pouvaient provenir.

« Belial », après l'avoir quelque peu observé plongea son regard dans le sien . Ces yeux semblaient plus ternes que ceux de la Dirigeante. Cela la marqua, car même si ses propres iris étaient animés d'une lueur triste en tant normal, ici ils ne pétillaient même plus...

Afin de redonner un peu d'éclat à cet échange visuel et pour répondre comme il se doit à son interlocuteur, Myalao poursuivit son jeu et emboita le pas sur la même comédie de ce dernier.
Enchantée de faire votre connaissance Monsieur Sagramore . Je m'appelle Lilastrinelle Vikomahn, mais, je vous en prie, appelez-moi Lila !


C'est d'un sourire expressif qu'elle lui tendit une main délicate afin d'officialiser dignement leur rencontre.
Son coktail arrivé, elle le glissa instinctivement vers lui, comme pour se faire pardonner et pour poursuivre la conversation, tout en faisant un clin d'oeil au tavernier de lui en servir un second.
Pour vous répondre, vous avez vu juste ! A dire vrai, c'est la première fois que je viens ici. J'ai quelque chose à fêter et j'ai entendu dire que c'est ici qu'il était le plus digne de le faire.Vous qui semblez être adepte de ce lieu fort sympathique, est-ce un bon conseil que l'on m'a donné là ?


Joviale, installant une conversation banale mais sympathique, toujours le sourire aux lèvres, elle était avide d'entendre sa réponse.

~~~~~~~~

L'espoir d'une paix régit toute une vie...

"De ma naissance à mon dernier souffle, je défendrais Vidia "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dostrarbrë Themis Guil Phylera [Guilford Hydros - Myalao Iellune]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hydros • Gardien Abyssal
» Themis | Bad-eyed & loveless
» |.| Fake's Classe. |.|
» Thémis, Uzen et Starfighter s'en vont à Rome.
» Thémis | Titanide et déesse de la Justice [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Territoire Neutre :: Taverne de l'Art Divin-
Sauter vers: